Loading...

Conservation

Conservation 2017-06-10T14:21:52+00:00

La faune sauvage vit une crise sans précédent en ce début de 21ème siècle. Certaines espèces encore abondantes il y a 20 ou 30 ans (girafe, lion, magot, lycaon, perroquet gris du Gabon…) ou qu’on croyait tirées d’affaire grâce aux actions de conservation du 20ème siècle (rhinocéros blanc, guépard…) ont récemment eu le triste privilège de voir leur grande précarité officialisée par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), lors de son dernier congrès en septembre 2016.

Pour des raisons multiples les scénarios les plus pessimistes sont en train de se concrétiser et de nombreuses espèces semblent condamnées à disparaître dans les décennies à venir. Le continent africain est particulièrement exposé parce que le braconnage y est généralisé, parce que les guerres civiles y sont permanentes et parce que des millions d’hectares de savanes, de zones humides ou de forêts sont en train d’être convertis en terres agricoles.

Ce sombre tableau met en évidence la responsabilité qui incombe aujourd’hui aux parcs animaliers. Pour certaines espèces disparues de leur milieu naturel, les parcs animaliers sont aujourd’hui le seul espoir de revoir un jour l’environnement qu’elles n’auraient jamais du quitter. Assurer la pérennité des populations captives d’animaux sauvages est donc devenu essentiel.

Depuis les années 80-90, les grands parcs animaliers du monde entier travaillent donc en bonne intelligence et s’organisent de la façon la plus rigoureuse qui soit pour éviter les écueils de la consanguinité et décider quelles espèces doivent être élevées en priorité.

Les parcs les plus sensibles à cette action de conservation se sont regroupés en associations (EAZA pour l’Europe, AZA pour l’Amérique du Nord, …) et chacune de ces associations s’est organisée pour définir les innombrables actions à mener par ses membres pour que l’ensemble du cheptel d’animaux sauvages captifs puisse se maintenir durablement sans avoir besoin d’y inclure de nouveaux spécimens issus du milieu naturel. Elles ont pour cela désigné un coordinateur pour chacune des espèces qui bénéficient du plus haut niveau de gestion: les Programmes d’Elevage (EEP) et les Studbooks (ESB). Ce coordinateur dispose de toutes les informations généalogiques de l’espèce qu’il doit suivre et donne une fois par an aux différents membres à travers l’Europe les consignes d’élevage pour l’année à venir.

Cela implique parfois de devoir se séparer d’un animal précieux parce qu’un partenaire génétiquement compatible vit à plusieurs milliers de kilomètres de là. Pour rester membres de l’EAZA les parcs animaliers doivent se soumettre à ces recommandations et ne jamais donner de valeur marchande aux animaux dont ils se séparent. Tout cela se fait donc dans l’intérêt de l’espèce et sans aucune contrepartie financière.

La réserve Africaine de Sigean participe aux 34 programmes d’élevages suivants :

ClasseEspèceCoordinateur
MammifèresMacaque de Barbarie, Macaca sylvanusSian Waters (Pays-Bas)
Gibbon lar, Hylobates larJob Stumpel (Pays-Bas)
Chimpanzé, Pan troglodytesFrands Carlsen (Danemark)
Ouistiti de Geoffroy, Callithrix geoffroyiAgustin Lopez Goya (Espagne)
Saïmiri de Bolivie, Saimiri boliviensisDee Winfield (Ecosse)
Lycaon, Lycaon pictusRichard Barnes (Royaume Uni)
Ours à collier, Ursus thibetanusMaria Krakowiak (Pologne)
Guépard du sud, Acinonyx j.jubatusLars Versteege (Pays-Bas)
Eléphant d’Afrique, Loxodonta africanaArne Lawrenz (Allemagne)
Ane de Somalie, Equus africanusOlivier Pagan (Suisse)
Zèbre de Grévy, Equus grevyiTanya Langenhorst (Royaume Uni)
Onagre, Equus hemionus onagerStephan Hering (Allemagne)
Zèbre de montagne, Equus zebra hartmannaeTanya Langenhorst (Royaume Uni)
Rhinocéros blanc, Ceratotherium simumLars Versteege (Pays-Bas)
Phacochère, Phacochoerus africanusRoss Snipp (Royaume Uni)
Buffle de forêt, Syncerus caffer nanusMerel Zimmermann (Pays-Bas)
Girafe réticulée, Giraffa c. reticulataJörg Jebram (Allemagne)
Girafe de Kordofan, Giraffa c. antiquorumJörg Jebram (Allemagne)
Blesbok, Damaliscus pygargus phillipsiSonia Freeman (Royaume Uni)
Gazelle de Cuvier, Gazella cuvieriEulalia Moreno (Espagne)
Springbok, Antidorcas marsupialisBas Martens (Pays-Bas)
Sitatunga de Speke, Tragelaphus s. gratusPeter Zwanger (Allemagne)
Grand Koudou, Tragelaphus strepsicerosJörg Jebram (Allemagne)
Hippotrague roanne, Hippotragus equinusKlaus Brunsing (Allemagne)
Cobe lechwe, Kobus lecheJohn McLaughlin (Irlande)
Cobe du Nil, Kobus megacerosYitzhak Yadid (Italie)
Aoudad de Barbarie, Ammotragus lerviaGerardo Espeso Pajares (Espagne)
OiseauxAutruche à cou rouge, Struthio c.camelusMaren Frerking (Allemagne)
Cigogne d’Abdim, Ciconia abdimiiZuzana Matyasova (Royaume Uni)
Marabout d’Afrique, Leptopilos crumeniferusCathy King (Pays-Bas)
Ibis chauve, Geronticus eremitaChristiane Boehm (Autriche)
Pélican gris, Pelecanus rufescensGeorgina Barnes (Royaume Uni)
ReptilesCrocodile nain, Osteolamus tetraspisFabian Schmidt (Allemagne)
Boa de Madagascar, Sanzinia madagascariensisOlga Pofelska (Pologne)

La Réserve Africaine de Sigean reproduit avec régularité l’intégralité des 27 taxons de mammifères du tableau ci-dessus. Pour certaines de ces espèces (Springbok, Cobe lechwe, Buffle de forêt, Pélican gris) les plus grands groupes européens sont hébergés à Sigean. La Réserve Africaine de Sigean ambitionne de participer à de nombreux autres programmes d’élevage dans les années à venir.